Contrôles et critique des contrôles .

 

Erreur de base :

Théoriquement un contrôle doit contrôler ,c'est du moins que c'est "comme çà" que c'est perçu .
La conclusion s'impose d'elle même : ce qui passe le contrôle est donc "contrôlé",et donc  "on peut y aller".....Il faut plus vérifier ....

C'est méconnaitre complètement à la fois le système et la nature humaine !!!

 

La réalité est "tout autre" :

  • Le contrôle coûte cher.
  • Le contrôle prend du temps .
  • Le contrôle dérange .
  • Le contrôle est "obligatoire"... il faut faire "avec"....mais le moins possible ...
 
Si maintenant vous "privatisez" le contrôle... alors là ... alors là.... Vous obtenez ce qu'on a obtenu ...
Le contrôle non seulement ne contrôlait plus rien,
mais en plus le cachet du contrôleur validait la qualité de la merde proposée ,et étouffait la conscience de celui qui l'avait mise sur le marché . 


Que c'est-il passé ?

Il c'est passé ce que la logique voulait qu'il se passe...
:

Les agences de cotations ont tout de suite compris que la manne céleste n'arriverait à eux que si ils bénissaient tout ce qu'on leurs proposait .

La disparité des revenus entre les agences de cotation (personnel très mal payé mais disposant d'un droit de verrou) et  les trader (personnel payé entre 10 et 100 x plus mais ne disposant d'aucun droit de verrou) a fait que .... le contrôle ne devenait plus qu'une formalité ...

Les investisseurs ont fait leur métier d'investisseur en ne se posant plus aucune question sur le contrôle,puisque "par définition" le contrôle était "sérieux" ...


La suppression des contrôles ?

Vu les résultats obtenus,les contrôles qui n'en étaient pas ont eu l'effet contraire au but recherché: sans les contrôles,les investisseurs se seraient méfiés depuis fort longtemps ...
La suppression des contrôles,aussi surprenantes qu'elle soit serait donc une solution ... 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site