Les fonds de pension .

Les fonds de pension, c'est le passage obligé si vous voulez une pension par capitalisation .

Première analyse .

En première analyse,comme les fonds de pension "tournent" avec du 15 % et que vous ne touchez que l'usufruit ,
puis plus rien à votre mort, théoriquement ces fonds de pension doivent grossir à l'infini .
Mais  l'infini n'existe pas disait Einstein,sauf pour ce qui est de la bêtise humaine ....

  • Si les fonds rapportent du 15 %,il n'y a pas nécéssairement du 15 % qui rentre dans le fonds ... Il y a les "faux frais" ... et en particulier la confortable rénumération des gérants ....
  • Si "maintenant" les fonds savent rapporter du 15 % ,rien ne dit qu'ils continueront à le faire "demain"  ; la pension quand on commence à côtiser ,c'est dans 40 ans... cad dans 2 générations ....
  • Si les fonds savent rapporter du 15 % ,c'est parce qu'ils se placent là où ça rapporte le plus,et là où ça rapporte le plus,c'est dans les pays émergeants.... Chez vos concurrents directs futurs et actuel...
    En payant pour votre pension ,vous payez aussi pour qu'on détruise votre travail... cad qu'on vous empêche de cotiser pour votre pension ... 

Analyse des fonds de pension US .

Les fonds de pension ont commencé aux USA autour des années 40-45 et sont actuellement en train d’arriver sur le marché européen en étant bien évidement présentés comme la panacée universelle  pour l’humanité en détresse .

La sagesse voudrait que l’on s’intéresse à la question avant de voir ces fonds envahir le paysage économique européen .
Le moins qu’on puisse dire est que l’avis  est « nuancé » .....

Oui, les fonds de pension garantissent une pension, un petit capital à tout le moins, mais à quel prix ?

a)      Les fonds de pension sont quasi illimités. Ils s’imposent en tant qu’actionnaires principaux dans les entreprises et y font régner leur loi . Leur loi, ce n’est pas l’optimisation de l’entreprise, mais l’optimisation de leurs investissements dans l’entreprise . A la limite l’entreprise pourrait fermer et licencier tout le monde, du moment que leurs investissements sont « gagnants » , eux sont « contents » .

b)      Si l’entreprise refuse de marcher aux ordres des fonds de pension, ils se retirent, la valeur boursière de la société s’effondre et la société peut être rachetée  par n’importe qui pour une bouchée de pain ….

c)       Les fonds de pension contribuent à créer une bulle chronique , en acceptant « tout » d’une part et en voyant leurs valeurs augmenter en permanence .    

Les pensions à cotisation définies ou à prestation définies ?.

Vous avez pas le choix : "on" a décidé pour vous ....

Les plans à cotisation définies sont très simples : on donne chaque mois « autant » pour une  pension indéterminée .

Les plans à prestations définies sont beaucoup plus complexes : on donne chaque mois une somme différente en fonction d’un but déterminé à terme .  

Du temps des « pensions – employeurs »,le système était quasi exclusivement à prestation définie et l’employé y gagnait .

Actuellement, nous sommes au temps des « pensions-fond de pension » et celles-ci sont quasi exclusivement à cotation définie . l’employé y perd grandement ….

 

Pensions des travailleurs, remords des employeurs .

Précédemment les employeurs étaient garant des fonds de pension et devaient en particulier s’occuper de leurs gestions .
En outre les résultats cad la pension réellement perçue engageait  en quelque sorte la « conscience » ( ?) de l’employeur .
Avec les fonds de pension, c’est tout à fait différent : l’employeur n’a plus à s’occuper de la gestion de ces fonds (ce qui n’est pas une mince affaire),et il se fout éperdument de ce que le travailleur va réellement toucher en fin d’exercice ; ce n’est plus son problème .

Autre « avantage » des frais de pension pour l’employeur :le seul lien qui le lie encore au travailleur ,c’est son salaire . Le licenciement est donc facilité d’autant ; en cas de licenciement collectif, il n’a plus une avalanche de dossiers à traiter .

 

Le retour sur investissement des fonds de pension .

Les fonds de pension exigent un retour sur investissement de 15 %.
Pourquoi 15 % ?.....  Parce qu’ils l’ont décidé « ainsi » .

Oui mais, est ce qu’on sait faire du 15 % de retour sur investissement ?

Bonne question …..

En période de croissance : oui .

En période de stagnation « non » ou alors « oui » ,mais avec des astuces comptables qui se payeront bien un jour ……

1° astuce : le calcul des 15 % se fait sur les sommes investies par le fond . Si on arrive pas à 15 %,on peut très bien emprunter ,pour obtenir un rendement de cet emprunt et le faire figurer au bilan . Tant que ça dure, c’est ducasse, mais si le taux des emprunts monte, c’est la catastrophe …

2° astuce : le calcul se fait sur base des actions en circulation . Si la société rachète ses propres actions… Forcément il y a moins d’actions en circulation et donc forcément le bénéfice par action en circulation augmente .C’est absurde, mais c’est ainsi… actuellement la situation aux USA est la suivante : il y a plus d’actions rachetées par les entreprises que d’actions émises par les entreprises …

Les financiers raisonnent en financiers, et les industriels en industriels .

La bonne gestion pour un industriel c’est de diversifier ses produits :

a)      S’assurer qu’au moins un des produits sera « porteur » à tout moment ,ce qui permettra la survie de la société .

b)      S’assurer de la meilleure qualité au meilleur prix pour les produits entrant dans la fabrication du produit fini vendu .

Mais tout ça, l’investisseur ne veut pas entendre parler . Ce qu’il recherche, c’est une usine A qui fait des pièces de A uniquement, une usine B qui fait des pièces de B et éventuellement une usine C qui assemble les pièces A aux pièces B ,mais en aucun cas l’investisseur ne veut une firme D qui fait et qui assemble A et B …

L'actionnaire veut pouvoir "diversifier" ses risques sur des entreprises bien précises et pas sur des entreprises "ensemble flou" ...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site