Démagogie :
Les sous de la baisse de la TVA Restauration .

 

Présentation de la question :

La baisse de la TVA Restauration est l'exemple même de mesure complètement démagogique qui retombe une fois de plus sur les plus faibles : ceux qui ne vont jamais au restau,mais qui par contre payent leurs impôts ... 

Cette loi a été "réellement faite" pour sauver un gouvernement aux abois ; en baissant la TVA sur les restaurants,il s’attirait les bonnes grâces de tout un secteur,un secteur qui s'avère par ailleurs être un très bon relais électoral,comme les bistrotiers,les coiffeurs pour dames,et les taxis .
Leurs aides peut paraître marginale,mais quand on sait qu'un résultat électoral Présidentiel se joue généralement sur quelques dizaines de milliers de voix,tout est bon à prendre ....

Importance économique du secteur de la restauration :

En France, chaque jour, quelques 5 millions de repas sont pris dans le secteur de la restauration : à 40% dans la restauration commerciale et à 60% dans la restauration collective. 
La restauration en France représente environ 200.000 entreprises, dont plus de 90% emploient moins de 10 salariés.


Depuis le 1e juillet 2009, la nourriture consommée dans les restaurants est universellement taxée à 5,5%. Ce cadeau fiscal, autrefois réservé à la restauration rapide, est aujourd’hui généralisé à tous les restaurateurs.

Ce cadeau fiscal (préélectoral faut-il le dire) a coûté environ 2,5 milliards d’euros à l’Etat.

En échange de ce cadeau, les restaurateurs se sont engagés "sur l'honneur" à :

• Diminuer les prix.
• Créer des emplois
• Se mettre « aux normes »,et augmenter la qualité de l'accueil  .

... On ne peut pas dire que les résultats ont été à la hauteur des espérances ...

La baisse des prix :

Le prix est un des freins le plus important dans le secteur de la restauration . 

Pour compenser la baisse de la demande, les prix dans la restauration ont augmenté beaucoup plus vite que les prix à la consommation

Suite au « cadeau fiscal le constat est « clair » :

- La baisse moyenne des prix est très faible .
- Un restaurateur sur trois ne joue pas du tout le jeu et garde ses prix constants …

On peut expliquer cette « mauvaise volonté » pour plusieurs raisons :

- Les restaurateurs traditionnels avaient un sentiment d’injustice face à la restauration rapide (taxée seulement à 5,5% de TVA),et ils estiment que la mise à parité de taxation est une affaire de simple  "justice" n’impliquant aucun engagement .
- En temps de baisse importante de la fréquentation,le supplément encaissé par le biais de la diminution de TVA et le maintien des prix ,sert de bouffée d'oxygène .

On peut apporter deux remarques du point de vie des autres acteurs :

1° La baisse des prix va principalement profiter à ceux qui vont au restaurant et qui y dépensent « beaucoup »,donc aux plus riches .
2° les entreprises privées dépensant beaucoup en repas d’affaires peuvent en déduire la TVA .
Mais comme la TVA diminue,ils vont pouvoir en déduire moins…
Donc la baisse de la TVA pour les restaurateurs va coûter aux entreprises ….
3° L’Etat a fait un cadeau qui lui a coûté cher,et ce que l’un n’a pas payé,un autre le payera ….


Embauche et conditions de travail

La France est l’un des pays où le service n’est plus à la hauteur des attentes.
Il y a à la fois un besoin de personnels et de qualification du personnel .

La majorité du secteur est au SMIC.
Il est clair que ce n’est pas à des gens au SMIC qu’il faut demander des efforts de qualité de prestation ….
On espérait que le bénéfice obtenu de la baisse fiscale se traduise en augmentation salariale .
Ca n’a pas eu lieu ….

Un autre engagement pris par la profession était de créer 40.000 emplois sur 2 ans.
Un calcul montre que,avec beaucoup de chances, on arrivera à 6.000 emplois .

Mais pour tout dire,il faut aussi dire ce qu’on a pas dit :
la baisse de la TVA dans la restauration a été accompagnée par la suppression de l'aide à l'emploi dans le secteur de l'hôtellerie-restauration (prime Sarkozy), dont bénéficiaient 70% des restaurateurs (aide forfaitaire par salariés dans la restauration. Il s’agit une prime pour l’employeur d’environ 180€ par mois et par salariés au SMIC... or 70% des salariés de ce secteur sont au SMIC )….

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×