Les besoins de création monétaire .

 

Pour faire  comprendre les besoins de création monétaire,je vais comparer la situation à celle d’un moteur plus ou moins en bon état auquel il faut ajouter de l’huile pour fonctionner .

 

1° Cas du moteur neuf et en bon état .

Quand le moteur est parfaitement neuf et en bon état ,il lui faut un peu d’huile pour tourner .

Si on ne lui met pas asse d’huile, il va mal tourner et même s’abimer .

Si on lui met trop d’huile ,il va y avoir des problèmes aussi ,plus tard et d’une autre anture ,mais il y en aura aussi .

En conséquence ,pour qu’un moteur neuf et en bon état tourne bien et longtemps il lui faut suffisamment mais pas trop d’huile .

 

2° Cas du moteur en mauvais état .

La situation est exactement la même dans les 3 cas précédents, si ce n’est que dès le départ, il lui faut plus d’huile .

A partir d’un certain degré d’usure, on pourra ajouter toute l’huile qu’on veut ,il n’ira pas mieux pour autant ,l’huile pourra même prendre feu, et le garage sera baigné dans l’huile ce qui rendra le travail plus difficile pour les garagistes .

 

Je reprends le tout :

Si on assimile l’huile à de l’argent papier .

Il faut suffisamment d’argent en circulation pour faire tourner la boutique ,
Éventuellement il en faut un peu plus pour faire tourner la machine « mieux » pendant un temps difficile,
Mais il est suicidaire d’en mettre trop et trop longtemps .

Si il n'y a pas assez d'huile le moteur ne tourne pas .
Si il y a trop d'huile ,c'est l'inflation  

La quantité de billets devant être en circulation :

La quantité de billets en circulation doit servir à la fois à faire tourner la boutique mais aussi à remplacer les billets « papier » en fin de vie .
On estime qu’un billet de 5 euros qui change très souvent de main a une vie de 2 ans ,il est clair que des billets de 100 euros eux ont une vie bien plus longue ….

L'Etat a de puissants moyens pour faire varier le taux de billets en circulation :

  • augmenter le coup des emprunts (moins de gens vont emprunter) .
  • augmenter le taux d'intérêt bancaire (plus de gens vont déposer leur argent).
  • obliger plus de garantie en bons d'états pour les assurances .
  • créer un énorme emprunt intéressant .....

 

 La quantité d’argent étant en circulation :

La quantité d’argent en circulation n’a pas grand-chose à voir avec la quantité de papier monnaie en circulation : l’essentiel des valeurs monétaires sont scripturales . Le chèque en est l’exemple même,la carte bancaire aussi ....
La quantité de papier monnaie est "finie" (ce sont les billets imprimés)  la quantité de monnaie scripturale elle est potentiellement infinie . 

Imaginez que vous faites un chèque de 25 € avec ça vous acheter un livre, avec ce chèque le libraire va acheter de l’essence, et le pompiste va à son tour  au resto ,jusqu’à ce que à un moment quelqu’un aille à la banque et demande l’argent (pour le mettre dans sa poche, et pas le mette sur son compte… dans ce cas le circuit fictif continue toujours ….).
Il n’y a pas un franc papier monnaie qui a été créé ni qui a circulé ….

Taux de régulation de l'argent papier en circulation  stade 1.

Jusque dans les années "70",l'économie tournait bien et en cas de problème passager on mettait un petit surcrois d'huile .
Ca tournait,l'inflation était raisonable .

Puis est evnu le 1° puis le 2° choc pétrolier .
La machine a durablement encaissé et très mal encaissé .
On a suivi les méthodes précédentes et plutôt que de changer de moteur on a ajouté de l'huile et ajouté envore de l'huile ; il suffisait d'imprimer des billets  .
Les choses n'allaient pas mieux ,mais la valeur de l'argent s'effondrait .

 

Taux de régulation de l'argent papier en circulation:  stade 2.

On a alors décidé de contrôler l'affaire .

2 possibilités :

a) un contrôle d'Etat qui aurait été idéal si on avait pu faire confiance au (ou aux) contrôleurs (si ce n'est que des contrôleurs de ce niveau devaient être "politiquement choisis",avec tout ce que celà comporte et sous entend à) .

b) un contrôle "du privé" ,lequel gérait la boutique par son simple coût : au lieu d'obtenir les billets gratos de la banque centrale,les billets ne pouvaient plus provenir que des banques privées par le biais de prèts cad par des emprunts d'Etats .... avec des intérêts... et c'est ainsi qu'on est arrivé à une dette cumulée astronomique,mais plus d'inflation .... 
 

Et c'est ainsi qu'on est arrivé à l'article 123 ....

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site